Light painting

Selon wikipedia le light painting est Le light painting est une technique visuelle de prise de vue photographique basée sur la captation de la lumière, peu importe sa forme et son intensité, sur un capteur optique ou numérique. Cela permet de fixer la lumière dans un état temporel et d’espace. Cette technique consiste à modeler la lumière pour créer des compositions selon l’envie et la volonté du lightpainteur.

Assez simple il vous faut d’abord,

84351623_1084072338606510_1436893923195748352_n

On attend qu’il fasse noir. On choisit une pause lente, question de bien voir les mouvements faits avec le feu. On choisit une petite ouverture (on se souvient, petite ouverture, grand chiffre). Comme les feux génèrent beaucoup de lumières, on n’a pas besoin d’ouvrir plus l’objectif. Il est possible également d’utiliser des bâtons lumineux ( ceux qu’on plie et qu’on fait craquer pour que le liquide illumine), comme la luminosité est moindre, il faudra ouvrir plus la lentille (on se souvient, petit chiffre, plus grande ouverture égale plus de lumière). On voit sur ma photo que j’avais des lumières dans les arbres autour, donc la photo n’est pas complètement noire. J’aurais dû réduire plus mon ouverture. Bon ensuite il est possible de corriger en post traitement, mais toujours mieux de bien faire du premier coup.

Camouflage mythe ou réalité

Les animaux et les oiseaux voit l’homme comme un prédateur, de ce fait ils le craignent, ce qui est parfait il en va de leurs survies, c’est pourquoi il faut éviter l’imprégnation. Ils sont sensibles à la silhouette humaine et aux odeurs associées à l’homme.

La chasse photographique s’apparente à la chasse on utilisera donc le même matériel. Principalement pour ceux qui chassent à l’affût. Il existe deux types de chasse, l’affût comme son nom l’indique, on repère un passage, on aménage un affût, on s’y installe et on attend le moment propice.  L’autre type de chasse se nomme la billebaude, on se promène en milieux naturels en espérant croisé son sujet. Donc au petit bonheur la chance. Ce peut être un court affût également. À moins d’avoir beaucoup de temps devant vous il est fort possible que ce soit ce type de chasse photographique que vous effectuerez

Pour réussir sa chasse photographique on doit pouvoir s’approcher de notre sujet. Voici quelques petits trucs pour vous aider. Il est important d’avoir le vent devant soit et non derrière n’oublier pas que leur odorat est très développé. Il faut également éviter les parfums ou porter des vêtements imprégner d’odeur de BBQ ou de feux de camp. Il faut bouger lentement et ne pas faire de bruit. Il est également conseillé d’éviter de porter des vêtements blanc, noir ou très coloré. C’est ici que les vêtements de chasse ou camouflage deviennent intéressants, leur principale fonction permet de vous fondre dans l’environnement et coupe la silhouette humaine aux yeux des animaux.

Pour les plus mordus, il y a le Guily suit ou encore les vêtements camo 3D

Effet Starbust

Un soleil avec ses beaux rayons en étoile. Vous savez comme celui dessiné par les enfants est en fait une aberration optique lier à la source de lumière qui traverse l’objectif et le diaphragme de votre appareil photo. Il est possible d’arriver à ce résultat en prenant une photo en contre-jour et en privilégiant une petite ouverture (entre f/11 et f/22).

L’effet sera meilleur si vous masquez légèrement le soleil avec un arbre ou un objet. Éviter de photographier par temps couvert. Bénéficier d’une lumière directe et d’un temps ensoleiller. Vous atteindrez un résultat optimal en privilégiant les golden hours, éviter de photographier les heures ou le soleil est très fort. Attention de ne pas surexposer le ciel.

Selon le nombre de lamelles composant le diaphragme de votre objectif vous obtiendrez plus ou moins de rayons. Il faut savoir qu’avec des lamelles de chiffre impair le nombre de rayons doublera tandis qu’en chiffre pair il restera le même. C’est-à-dire si votre objectif comporte 6 lamelles vous aurez 6 rayons toutefois si votre objectif comporte 7 lamelles vous aurez 14 rayons. Ah! Ah! Je vois une petite étoile dans vos yeux.

Le starbust peut également être le reflet de la lumière sur une surface réfléchissante (goutte d’eau chrome d’une voiture, miroir, pare-brise, fenêtre d’un bulding) laisser votre imagination travailler. Il est également possible d’avoir ce même résultat la nuit en utilisant une pose longue.

IMG_2529 600x400

Support à jumelle

Avec la veste porte-caméra, il y avait également un étui de ceinture. Ce qui est pratique pour apporter deux caméras sans s’embarrasser de sac photo encombrant et pour avoir les mains libres. Cependant, il m’arrive souvent de vouloir apporter avec moi, une paire de jumelles et une caméra. Je cherchais donc le moyen de pouvoir fixer la paire de jumelles sur la veste. Il existe différents systèmes pour fixer des jumelles sur un trépied.  Il est possible d’en trouver sur les sites de ventes en ligne sous l’appellation « Universal binocular tripod adaptor ». J’ai trouvé ce modèle en L qui convient parfaitement à ce que je voulais.  Je l’aime bien, car le support est petit, le fait qu’il y ai une découpe sur ce dernier fait en sorte qu’il s’ajuste bien aux  jumelles même quand on les rapproche pour les ajuster à la distance entre les yeux. J’ai tout simplement vissé à l’autre extrémité du L, un bouton qui s’adapte à la veste porte-caméra  « hubs ». 

31RwmgQWnYL._AC_UL160_SR160,160_                  IMG_6819 600x400

J’ai commandé celui-ci pour moins de 6.00 $ et j’en suis entièrement satisfaite.

http://www.ebay.ca/itm/Metal-Universal-Binoculars-Tripod-Mount-Adapter-/251973059429

 

Flou artistique

Vaste sujet, vous vous souvenez que j’ai parlé du flou de bougé dans un précédent article en disant que cela peut être parfois artistique. C’est-à-dire que le flou est désiré et maîtrisé et non pas accidentel ou dû à un manque de maîtrise. Je vais commencer par le flou de bouger. 

Par exemple, vous êtes dans un sentier en forêt. La lumière est tamisée, sur votre appareil vous sélectionner une vitesse lente vous pourriez juste bouger légèrement votre appareil pour donner un effet plus mystérieux ou dramatique à votre photo (une chiquenaude, pichenotte en bon québécois, sur l’appareil ou l’objectif). Ici ce n’est pas vous qui bougez, mais l’appareil.

Il y a le flou directionnel, tiens vous êtes dans la même forêt, mais au lieu de regarder vers le bout de la route vous vous tournez vers la forêt, tout en prenant soin d’inclure une partie de la route ou du sentier dans la photo, la technique consiste tout simplement a bougé volontairement son appareil de bas en haut a une vitesse assez lente (1/20 sec-1/25 sec), cela donnera un beau filé d’arbres, on voit souvent cet effet sur Photoshop, mais n’oubliez pas comme il peut être gratifiant de l’avoir fait soi-même.

On retrouve aussi le flou d’arrière-plan (bokeh): Avant plan net tandis que l’arrière-plan est flou pour réussir ce type de photo on fait appel à une faible profondeur de champ (grande ouverture de l’objectif, plus votre objectif peut ouvrir (on se souvient dans l’article sur le triangle photographique, grande ouverture = petit chiffre ex : f/1.8 ) plus votre arrière plan sera flou. Cela permet d’isolé l’avant-plan de l’arrière-plan. Le bokeh c’est un peu plus que ça, il sera également influencé par la qualité de l’objectif et le nombre de lamelles. Sachez qu’avec un peu de pratique, il est assez facile à réaliser.

On a également le flou cinétique: il est dû au mouvement rapide du sujet photographier, un manège qui tourne, une hélice d’avion ou la pale d’un hélicoptère, un bolide de course, les phares d’une voiture la nuit. Ou encore imaginer que vous êtes toujours dans la même forêt, il s’y trouve également une petite rivière avec quelques petites cascades entre les pierres, vous sortez le trépied, vous choisissez une pause lente et fixé le paysage. Les chutes étant en mouvement, contrairement au reste du paysage (on comprend qu’il ne faut pas qu’il y ait du vent dans les arbres) celles-ci seront floues. Il suffit d’avoir une vitesse suffisamment basse pour que le flou soit joliment artistique par un son effet cotonneux. Le flou cénétique, peut également être obtenu par le mouvement de l’élément optique zoomer/dézoomer. Ou par un mouvement simultané. Par exemple : suivre un bolide de course pour avoir le véhicule net et l’arrière-plan flou, même chose avec des enfants qui courent et se balancent ou un kayak dans le courant ou un coureur au 100 mètres . Vous souvenez-vous de la photo de Usain  Bolt?  Il faut un peu de pratique pour arriver à trouver les bons paramètres et la bonne vitesse de déplacement, le sujet sera alors plus ou moins net.

 

Flou

En photographie on parle souvent de flou. Pour faire simple il y a le bon flou et le moins bon flou.

Le bon flou c’est ce qu’on appel le flou artistique, j’en parlerai un peu plus longuement dans un autre article, mais d’abord laissez moi vous parler de ce qu’on appel le moins bon flou.

Ça c’est la photo que vous regarder en disant ahhhh nonnnnn! En fait la photo que vous regarder est carrément flou. C’est souvent attribué à ce qu’on appel le flou de bougé ou parfois le flou qui est lié a un manque de piqué de l’objectif (dans les objectifs bas de gamme) ou a une mauvaise mise au point (la zone de mise au point n’est pas correct, rapportez-vous au guide de votre appareil photo pour vous familiarise avec la notion de collimateur et de modes) Attention également à la profondeur de champ.

Le flou de bougé, comme son nom l’indique vous avez bougé, et fait bougé l’appareil photo ça peut être parce que vous avez bougé, quelqu’un vous a donné un coup de coudre peu importe, vous avez clairement bougé il y a des chances que vous vous en rendez compte et reprenez la photo, quand c’est possible évidement.

IMG_2409 600x400

Toutefois, le flou de bougé peut être plus subtile que ça, par exemple si vous n’avez pas sélectionné la bonne vitesse (Je vous ai parlé de vitesse et d’ouverture dans l’article sur le triangle photographique). La photo c’est simplement de la lumière qui traverse l’objectif et frappe le capteur, plus vous réduisez la vitesse plus longtemps le miroir se relève et l’obturateur reste ouvert donc les plus infimes mouvements peuvent avoir un impact sur le rendu de la photo, c’est pour ça qu’il vient un moment où on doit avoir recours a un trépied et utiliser soit une télécommande ou le retardateur pour éviter tout mouvement. Il y a une règle assez facile à retenir, c’est le chiffre de la longueur focal (sur votre objectif) que vous utiliser par exemple si vous utilisez 50mm- 1/50sec, 85mm-1/85sec, 200mm-1/200sec, 600mm-1/600sec. En deçà de ces vitesses il y a de plus en plus de risque de voir apparaître le flou de bougé. Le miroir devant se relever avant la prise de vue, cela provoque une vibration qui peut avoir un impact sur la photo surtout en basse vitesse, certains appareils photo permettent de relever le miroir avant le déclenchement.

Si vous débutez en photographie, surtout si comme moi, vous vous entêter à utiliser le mode manuel, vous aller en rater quelque une, ce n’est pas simple d’apprendre à contrôle les trois paramètres du triangle. Cependant, le mode manuel est une excellente école tant pour apprendre à contrôler ses paramètres, que pour apprendre l’humilité. 

Quelques règles simples à retenir, bien tenir son appareil les coude près du corps, utiliser un trépied ou une surface stable (muret, banc, table, etc.). Modifier ses autres paramètres (ouverture et ISO) pour pouvoir augmenter la vitesse, il existe également des objectifs dit « stabiliser » ils peuvent faire gagner du temps (4 valeurs). Donc on a vu qu’avec un objectif de 200mm l’ouverture ne devait pas être en deçà de 1/200sec, avec un objectif stabiliser vous pourriez descendre à 1/50sec.

Mais, pour compliqué les choses le flou de bougé n’est pas toujours mauvais, vous pouvez avoir décidé volontairement de rendre la photo flou, à ce moment l’a il devient ce qu’on appel le flou artistique.

IMG_2650 600x400

 

Priorité à l’ouverture

Outre les modes automatiques et manuels qui sont bien connus, il existe des modes dits semi-automatiques. On parle ici de la priorité à l’ouverture ou la Priorité à la vitesse. C’est-à-dire, que vous aller régler un paramètre et l’appareil réglera automatiquement les deux autres (Je vous ramène à l’article sur le triangle photographique, on a toujours trois paramètres à régler). En mode semi-automatique vous gérez un coin du triangle et l’appareil gère les deux autres coins du triangle. Contrairement au mode manuel où vous devez gérer les trois coins. Ce paramètre peut être modifié à tout moment avec la molette près du bouton de déclenchement.

image

Pour utiliser la priorité à l’ouverture, il faut sélectionner la molette (Av chez Canon et A chez Nikon). Et régler l’ouverture désirée. Pour réussir l’exposition l’appareil réglera elle-même les deux autres paramètres, vitesse et ISO (il faut que les ISO soit sur automatique).

La priorité à l’ouverture est intéressante pour figer des paysages (grande profondeur de champ), faire du portrait ou photographier fleurs, monument, architecture. (faible profondeur de champ)

La priorité à l’ouverture peut être utilisé également en photo urbaine dans des conditions de bonne lumière, qui ne varie pas, elle permet de déclenché rapidement.

Cette priorité est la mieux adaptée pour photographier des objets immobiles

Priorité à la vitesse

Outre les modes automatiques et manuels qui sont bien connus, il existe des modes dits semi-automatiques. On parle ici de la priorité à la vitesse ou de la priorité à l’ouverture. C’est-à-dire, que vous aller régler un paramètre et l’appareil réglera automatiquement les deux autres (Je vous ramène à l’article sur le triangle photographique, on a toujours trois paramètres à régler). En mode semi-automatique vous gérez un coin du triangle et l’appareil gère les deux autres coins du triangle. Contrairement au mode manuel où vous devez gérer les trois coins. Ce paramètre peut être modifié à tout moment avec la molette près du bouton de déclenchement.

image

Pour utiliser la priorité à la vitesse, il faut sélectionner la molette (Tv chez Canon et S chez Nikon). Et régler la vitesse désirée. Pour réussir l’exposition l’appareil réglera elle-même les deux autres paramètres, ouverture et ISO (il faut que les ISO soit sur automatique).

La priorité à la vitesse est utilisée pour photographier oiseaux en vol,  événement sportif, course automobile, enfants qui jouent. Donc pour figer l’action avec une vitesse rapide (1/500 sec). Ou alors donner un effet de filé en utilisant une vitesse lente (1 sec).

Cette priorité est la mieux adaptée pour photographier des objets en mouvement